La troisième naissance d’Amandyne

Ou plutôt, la mort d’Amandyne et la naissance de Mandy.

Je vous refais l’historique des noms :

  • Quand j’ai commencé en 2006 (première naissance), je n’avais pas de présence online donc pas besoin d’un nom féminin. En découvrant Myspace il m’en a fallu un et j’ai fini par choisir Fa – qui est certes totalement nul, mais je venais de finir de regarder Zeta Gundam et je trouvais que ce serait parfait comme nom temporaire.
  • En 2008, après avoir acheté trois super perruques chez Newmee (deuxième naissance) et atteint une apparence vaguement féminine, je me suis calé sur Amandine (prénom d’une amie d’enfance que je ne fréquentais plus), stylisé Amandyne parce que j’aime bien les Y. Puis je me suis rendu compte qu’avoir un nom de famille collé derrière ferait vachement plus sérieux, et puisque je venais de finir un thé Earl Grey j’ai choisi Grey. Amandyne Grey, c’est cool. Bon, ensuite 50 Shades of Grey est devenu populaire, j’ai maintenant un peu peur qu’on suppose que je suis fan.
  • En déménageant à Londres en 2014, j’ai commencé à sortir un peu. Une ou deux fois par an. Ouais, c’est peu. Mais je me suis rendu compte que les anglais avaient beaucoup de mal avec le nom Amandyne. Je ne peux pas leur en vouloir. Du coup, j’ai commencé à dire que je m’appelais « Amandyne. A – man – deen. But call me Mandy for short. »

Puis je suis rentré en France en avril 2017. Puis je suis retourné en Angleterre en septembre. Et j’ai enfin accepté de me raser le corps au lieu de ne me reposer que sur l’épilation à la cire, laquelle ne me permet d’être libre de poils que pendant une semaine puis me force à attendre deux mois avant de retourner payer 130€. Quel idiot. C’est probablement cet espace de plusieurs mois entre chaque transformation qui m’a autant mis en retard au niveau du maquillage. J’ai enfilé ma première perruque il y a 12 ans, et je ne suis content de mon maquillage que depuis un an ou deux. C’est triste.

Du coup, j’ai commencé à m’habituer à me raser le corps. Le rasage n’est clean que pendant une douzaine d’heures, après ça le torse est de nouveau envahi. Je remercie encore une fois les deux ans de traitement à la lumière pulsée qui ont accéléré la pousse de mes poils à l’endroit où j’essayais de les faire disparaître. Sérieusement, s’il n’y avait pas eu cet échec, je serais une personne totalement différente aujourd’hui. Je ne sais pas si vous pouvez imaginer la déception de passer deux années à effectuer des traitements mensuels pour être libéré de sa pire pilosité, avec la douleur qu’implique la lumière pulsée, pour finir par avoir des poils qui repoussent plus vite qu’avant. Bref. Je rase mais ça ne dure pas. Mais ça me permet de pouvoir sortir toutes les semaines.

Car elle est là, la nouvelle naissance d’Amandyne. Finies les séances photos à la maison, qui étaient la seule raison d’être d’Amandyne pendant 10 ans. Désormais, si ce n’est pas pour sortir en boîte avec d’autres tgirls, je ne vois pas l’intérêt de me préparer. Toutes ces années à expérimenter des tenues, des looks, des perruques, c’était en préparation de cette fin 2017. Et à chaque sortie son nouveau look. Pas question d’utiliser deux fois la même robe, je me dois d’innover. Ce qui me coûte assez cher en nouvelles tenues et perruques, mais au moins je suis content de moi.

 

Toutes ces photos ont été prises en moins de deux mois. Et ce n’est pas terminé. Je sors aussi cette semaine (vendredi ET samedi !), peut-être la semaine d’après, et j’ai déjà des sorties prévues début janvier. Je ne compte pas m’arrêter, parce que je me rends compte à quel point j’ai été con de ne pas sortir avant. Il y a quelque chose de réellement génial à marcher dans la rue en talons. Et puis l’attention est évidemment bienvenue, même si cela m’a valu quelques attouchements que je n’avais pas réclamé.

Je suis plus canon que jamais, j’ai une putain de confiance en moi. Je m’habille sexy, sans être vulgaire (c’est différent en Angleterre). Je suis sorti en plein jour. Je n’ai plus besoin de mettre un serre-taille et du rembourrage aux hanches, je n’y accorde plus trop d’importance. Mes prothèses mammaires en silicone (700g chacune) ne me servent plus.

Je me sens bien dans ma confusion des genres et c’est pas près de s’arrêter.

4 réponses à “La troisième naissance d’Amandyne”

  1. sophia29 dit :

    Acceptes tu plus facilement de parler ou d’écrire sur toi au féminin ?
    A partir de quel moment tu te vois être au féminin?
    Dans ta vie qui se tisse… comment te réalises tu dans cette vision féminine ?

    Bonne continuation.

    • Amandyne dit :

      Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt, je ne m’attends jamais à avoir de commentaires !

      Donc en fait, masculin et féminin je m’en fous. Je ne me situe plus sur une échelle allant de l’un à l’autre, mais tout bonnement en dehors de cette échelle, sur une chaise longue avec du pop corn en train de regarder les deux sexes se chamailler et en me disant qu’en fait, ils feraient mieux de se rendre compte qu’ils sont tous des êtres humains et que la forme de leurs organes génitaux ne décide pas de grand chose dans leur vie.

      Je devais faire un article là-dessus, ben je vais véritablement finir par en faire un.

  2. Patrice Henrion dit :

    Amandyne est morte, longue vie à Mandy!

    Tu as raison de te trouver plus canon que jamais, tu n’as jamais publié une série si réussie globalement. En fait, je pense que depuis la dernière série ce sont les sourcils que tu as le plus travaillés. Il n’y a désormais que le contouring du nez qui brise l’illusion. Dès que tu as maîtrisé ça tu es dans une ligue à part.

    Pour ce qui est de l’épilation, il y a un juste milieu entre l’institut et le rasage: le roll-on Veet. J’étais un désastre total avec le combo pot-de-cire/spatule mais avec le rouleau et les bandes c’est d’une facilité déconcertante mème pour moi. Ca arrache vite et bien, je ne ressens pas de douleur, si bien qu’en fait le rasage ne me ferait mème pas gagner de temps. Et avec la cire au moins je suis tranquille pour un mois alors qu’avec le rasage au bout de deux jours ça me démange de partout au point de m’empêcher de dormir. En plus quand je rase à nouveau la peau n’a plus ce côté soyeux de la première fois. Si tu ne l’as pas encore essayé, alors please fais-toi cette faveur, tu ne devrais pas le regretter.

    Cheers!

    • Amandyne dit :

      C’est vrai que je n’ai jamais essayé le roll on. Promis je tenterai, c’est une bonne idée ! (j’ai tendance à tout essayer)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.